Psychanalyste

Étiquette : Haut potentiel

La pathologisation de la souffrance

L’un des enjeux de la douance, pour ne parler que d’elle, est de veiller à ne pas pathologiser ses manifestations.

On pourrait dire la même chose d’un deuil, d’un épisode dépressif, voire même parfois d’un épisode psychotique. Je choisis de parler d’épisode car il ne va pas du tout de soi que ce que traverse une personne à un moment de sa vie soit une maladie, encore moins une fatalité.

Parfait.e ou nul.le

L’échec, l’erreur, l’un des drames magistraux des surdoué.e.s.

Généralement vu.e.s sous l’angle de la seule intelligence, on attend parfois d’eux/elles beaucoup moins d’erreurs et d’échecs. Pourtant, leur rapport à l’erreur et à l’échec peut s’avérer particulièrement douloureux et être largement incompris par les autres.

Les parents surdoués d’enfants surdoués

La douance n’est pas une pathologie, elle n’est pas à diagnostiquer, encore moins à traiter. Elle n’est pas un problème. Votre enfant n’est pas un problème. C’est un enfant pas comme les autres qui reste, comme les autres, un enfant.

L’immaturité des surdoué.es

J’entends presque tous les jours parler de l’immaturité des surdoué.e.s.

Les surdoué.e.s sont-elles/ils vraiment plus immatures que les enfants, ados, adultes qui ne fonctionnent pas sur ce mode ?

Etre surdoué.e ou s’adapter, telle est la question…

Les surdoué.es seraient des êtres à part, pour certain.es inadapté.es voire inadaptables au système scolaire, arbitrairement admis comme étant bon pour tous. Il faudrait alors s’enquérir de méthodes pour adapter l’enseignement à ces personnes atypiques, avec en principe l’objectif de faire exactement l’inverse, à savoir adapter ces surdoué.es à l’enseignement « classique/normal », afin que ces dernier.ères se fondent un peu mieux dans le paysage et que l’enseignement de masse puisse perdurer sans trop de remue-ménage.

La psychanalyse, qu’est-ce que c’est ?

La première question qui m’est généralement posée est la suivante : quelle est la différence entre un.e psychologue, un.e psychiatre, un.e psychanalyste ?

On croirait presque au début d’une blague.

Commençons par regarder du côté de la formation.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén